Editorial

De St Eugène à Ste Cécile : un double patronage pour une paroisse unique…

Les hasards du calendrier liturgique font que nous célébrons à huit jours d’intervalle les deux patrons de notre paroisse : S. Eugène aujourd’hui, S. Cécile dimanche prochain.

Le vocable de S. Cécile a été ajouté officiellement à celui de S. Eugène, parce que s’ouvrant sur la rue du même nom, l’église était couramment appelée S. Cécile par les gens du quartier. S. Cécile, qu’il s’agisse de la jeune martyre dont l’histoire romanesque est racontée dans une Passion du 6e siècle ou bien de la riche héritière de la gens des Cecilii qui aida de ses biens le pape S. Calixte au début du 3e, est la patronne des musiciens et, à ce titre, elle est particulièrement à l’honneur en notre église avec la schola qui porte son nom et qui accompagne notre liturgie. Cette année, en son honneur, sera chantée la Messe de S. Cécile de Charles Gounod. Ce sera aussi l’occasion de nous retrouver, à l’occasion de nos Journées d’amitié.

Si le vocable de S. Cécile tient à l’espace – la proximité de la rue du même nom –, celui de S. Eugène tient au temps, l’époque à laquelle fut décidée l’érection de la paroisse. L’archevêque d’alors s’était rendu compte que la population du quartier avait considérablement augmenté. Il s’adressa donc à Napoléon III pour obtenir la concession d’un terrain couvert de hangars afin d’y faire construire une église. « Cette église porterait le vocable de S. Eugénie ou celui de S. Louis-Napoléon, selon votre désir » écrivait alors le prélat. Le désir impérial nous fit échapper à S. Louis-Napoléon et commua S. Eugénie en S. Eugène. La légende fait de celui-ci un martyr du 1er siècle, disciple de S. Denys l’Aréopagite, futur évêque mythique de Paris, qui l’envoya évangéliser la Castille et fonder le siège de Tolède. Voulant revoir son maître et ami, l’évêque Eugène entreprit de se rendre en Gaule et c’est là, non loin de Paris, qu’il trouva le martyre, sous le règne de Domitien. D’autres traditions historiques en font un martyr du 6e siècle.

Voilà pour le rappel historique. Ce sont donc les hasards du lieu et du temps qui nous ont valu ces deux saints patrons dont l’histoire, passablement obscure, remonte aux origines mêmes du christianisme occidental. Voyons maintenant le sens que nous pouvons en tirer.

Ce double patronage est ensuite un résumé d’humanité : un homme et une femme, c’est-à-dire la plénitude de l’image de Dieu telle que nous l’enseigne l’anthropologie chrétienne fondée sur le livre de la Genèse. Un homme et une femme ensuite qui sont aussi un évêque – c’est ainsi qu’il est représenté dans notre église – et une laïque. Autrement dit, à la différentiation sexuelle s’ajoute la différentiation qui structure l’Église – prêtres-laïcs – et qui donne son sens ultime à la première : l’évêque tient la place du Christ, l’Epoux de l’Église, quand il célèbre les mystères sacrés pour sa communauté. Enfin l’un et l’autre, Eugène et Cécile, se célèbrent en rouge, la couleur du sang. Cela nous rappelle qu’être chrétien ne va pas plus de soi au 21e siècle qu’au 3e ou qu’au 6e. Des chrétiens meurent encore pour leur foi à quelques heures d’avion de chez nous. Et en Europe même, combien de chrétiens ne souffrent-ils pas du climat délétère qu’entretiennent ceux qui poussent notre nation à une apostasie toujours plus complète.

S. Eugène et S. Cécile, par leur exemple, nous apprennent qu’être chrétiens, c’est suivre le Christ, c’est être plongés dans sa mort pour ressusciter avec lui. Ils nous appellent donc à la conversion. Et ils nous font entrevoir que sans la grâce de Celui qui peut tout en nous, nous, nous ne pouvons pas grand-chose. Lui, l’évêque, et elle, la patricienne, nous invitent à vivre intensément de notre baptême.

Abbé Eric Iborra
Dimanche 19 novembre 2017

Notre cité est dans les cieux :
« Voici l’
Époux ! Sortez à sa rencontre. »

Alors que nous approchons de la fin de l’année liturgique, que nous allons réentendre et revivre l’année de Noël à Pâques, de l’Ascension à la Pentecôte jusqu’à l’Assomption, nous devons récolter les fruits de cette année de grâces. Que les joies nous aient transportés, que les épreuves nous aient faits mûrir en patience et en espérance, rendons grâces à Dieu.

De l’Avent jusqu’au dernier dimanche, l’histoire du salut, de notre salut, nous a été rappelée. Chaque année nous rappelle la naissance du Fils de Dieu en notre chair, né de la Vierge Marie. C’est le mariage de la nature divine et de la nature humaine : le Père célèbre les noces de son Fils avec notre nature humaine. L’Agneau, l’Époux a montré son amour par ses paroles, ses miracles, son sacrifice sur la Croix. Il est notre Dieu, notre Roi, notre Sauveur, notre Frère aîné, notre Ami.

Mais c’est bien par des hommes et des femmes que cette bonne nouvelle a été transmise. Des églises ont été construites pour rassembler autour du Christ qui s’offre à chaque messe célébrée par ses prêtres. Le Corps du Christ est le vrai Temple, nous en sommes les membres. Que vivent ces églises qui sont les portes du Ciel, de la Jérusalem céleste ! Nos prières de cœur à cœur avec Dieu peuvent être dans le secret de nos maisons comme dans l’assemblée des baptisés. Mais l’église sera toujours le lieu des de la Sainte Messe et de la Sainte Communion, le lieu des Noces de l’Agneau, mort et ressuscité.

C’est pourquoi les riches et les pauvres, ceux qui ont pu économiser des biens au cours des années et ceux qui sont trop jeunes pour avoir encore de grands biens, nous sommes tous appelés à contribuer matériellement à ces églises selon nos capacités. C’est le denier de l’Eglise, le denier du culte… C’est surtout le moyen de transmettre la foi, l’espérance et la charité en des lieux de présence de Dieu, par les serviteurs du Christ, les religieux et religieuses, les catéchistes.

Pour la Paroisse Saint-Eugène Sainte-Cécile, ce sont les moyens concrets d’entretien et de perfectionnement matériels pour que la prière puisse monter vers Dieu sans gêne terrestre.

Chanoine Marc Guelfucci, curé
Dimanche 12 novembre 2017

L’autre Martin

Alors que l’on commémore ici ou là la révolte malheureuse du religieux augustin d’Erfurt, Martin Luther, nous, à Saint-Eugène, nous souvenant de notre procession à travers les rues de Paris il y a bientôt deux ans, nous tournerons notre regard, le 11 novembre prochain, vers cet autre Martin, celui de Tours.

Militaire, fils de militaire, né en Panonnie (actuelle Hongrie), élevé en Italie et ayant erré au gré de ses garnisons en Gaule et en Germanie, mort près de Tours en 397, il avait montré, dès avant son baptême, reçu à 18 ans, son ardeur à mettre en pratique les préceptes évangéliques (épisode bien connu, par exemple, du manteau partagé aux portes d’Amiens). Témoignant sans relâche pour la vraie foi, menacée par les ariens, il supporta avec constance, avant d’obtenir son congé, l’épreuve à laquelle le soumit l’empereur apostat Julien et ensuite les mauvais traitements que lui infligèrent les hérétiques.

Fidèle à la profession monastique qu’un des tout premiers en Occident il avait embrassée, il assuma cependant dans toute sa plénitude la charge épiscopale que la Providence, contre son gré, lui imposa : car cet ascète, tourné par vocation vers la vie contemplative, déploya, en vrai soldat du Christ, l’activité militante d’un apôtre. Il fut l’un des grands évangélisateurs des campagnes, encore païennes. D’une humilité extrême dans ses rapports avec tous ses frères, il jouit de la puissance d’un thaumaturge, renouvelant à plusieurs reprises les miracles du Christ. Cumulant tous les prestiges de la sainteté, d’une charité sans limites envers les déshérités, Martin admonesta les grands de ce monde avec la sévère autorité d’un prophète inspiré.

C’est pourquoi, confesseur mort en pleine paix de l’Église, il fut immédiatement vénéré à l’égal d’un martyr. Sa vie demeura un modèle pour les chrétiens épris de perfection et des saints en grand nombre s’efforcèrent par la suite de l’imiter. Il devint le saint français par excellence, intercesseur de choix, tout en étant l’objet d’un culte dans toutes les parties de la chrétienté. Et la conclusion de l’armistice mettant fin à la plus terrible guerre européenne alors connue le jour de sa fête peut être vue comme un signe de la Providence…

Aujourd’hui, alors que les peuples européens, désemparés par le métissage culturel et la laïcité hypocrite qu’on leur impose, se tournent avec angoisse vers leurs racines, il mériterait d’être invoqué comme l’un des jalons majeurs de la christianisation de notre continent et de sa culture.

Au lendemain de l’octave de la commémoration des fidèles défunts, nous pouvons aussi nous souvenir de son équanimité devant la mort : « Seigneur, si je suis encore nécessaire à votre peuple, je ne refuse pas le travail – non recuso laborem – mais que votre volonté soit faite ».

Abbé Eric Iborra
Dimanche 5 novembre 2017

Une Sainte Semaine

Cette première semaine de novembre est vraiment extraordinaire. Mercredi 1er, nous nous réjouirons de la vie lumineuse des âmes qui vivent de la vie même de Dieu, la vierge Marie et tous les saints martyrs, les confesseurs, les vierges, les âmes en Dieu même si elles n’ont pas été canonisées… Jeudi 2, nous prierons encore et encore pour nos êtres chers comme pour tous les défunts qui n’auraient pas réparé leur manque d’amour total durant leur vie terrestre, manque de don et de pardon, et qui seraient en Purgatoire. Si elles sont déjà au Ciel, le mérite de nos prières ne sera pas perdu. Du 1er au 8, nous pouvons visiter un cimetière et offrir une indulgence plénière pour ces âmes. Tout le mois de novembre, nous sommes invités à prier spécialement pour elles.

Vendredi 3 sera le premier du mois, consacré au Sacré Cœur de Jésus depuis l’apparition de 1689 à Paray le Monial à sainte Marguerite-Marie et l’appel du Christ à réparer les péchés contre un Cœur si aimant. Après une nuit d’adoration eucharistique, Samedi 4, premier samedi, nous préparerons une sainte communion en réparation de l’indifférence vis-à-vis du Cœur Immaculé de Marie d’une Mère qui a donné son Fils pour participer magnifiquement au Salut. Avec le mois d’octobre, se termine le centenaire des apparitions de Notre-Dame à Fatima en 1917aux saints François et Jacinthe et à sœur Lucie, mais nous continueront le chapelet quotidien.

Donc, être prêtre à Saint-Eugène Sainte-Cécile, c’est prier chaque jour auprès de l’autel du Seigneur pour toutes les âmes. Être fidèle, c’est venir tous les jours (!!!) pour soutenir cette prière perpétuelle. En un mot, vivre les joies et les épreuves dans la présence du Dieu Sauveur.

Vivre en présence de Dieu, c’est non seulement croire qu’Il nous connaît intimement et que rien n’est caché à son regard paternel, mais c’est être persuadé que sa grâce nous portera toujours si nous n’y mettons pas obstacle. Pour devenir saint et avoir la paix profonde qui peut vaincre tous les malheurs terrestres, que notre cœur soit à l’image du Cœur Immaculé, à l’image des martyrs comme Madame Elisabeth, sœur de Louis XVI, persuadée de la Providence et la Miséricorde divine.

De nouveau voici sa belle prière : « Que m’arrivera-t-il aujourd’hui, ô mon Dieu, je l’ignore. Tout ce que je sais, c’est qu’il ne m’arrivera rien que Vous ne l’ayez prévu de toute éternité. Cela me suffit, ô mon Dieu, pour être tranquille. J’adore vos Desseins éternels, je m’y soumets de tout mon cœur. Je veux tout, j’accepte tout, je Vous fais un sacrifice de tout ; j’unis ce sacrifice à Celui de votre cher Fils, mon Sauveur, Vous demandant, par son Sacré-Cœur et par ses Mérites infinis, la patience dans mes maux et la parfaite soumission qui Vous est due pour tout ce que Vous voudrez et permettrez. Ainsi soit-il. »

Chanoine Marc Guelfucci, curé
Dimanche 29 octobre 2017

Catéchumènes et confirmands

J’ai déjà parlé du baptême des adultes et de la confirmation le mois dernier. J’y reviens car la situation se précise et l’urgence grandit.

Cette année encore, la confirmation sera donnée, dans la forme extraordinaire du rite, en notre église de S. Eugène. Mgr Maurice de Germiny, ancien vicaire général de Paris et évêque émérite de Blois, viendra à nouveau la conférer aux jeunes et aux adultes qui en feront la demande en communiquant leurs coordonnées au secrétariat (secretariat@saint-eugene.net). La date retenue est le dimanche 10 juin 2018, à la messe de 11h.

N’hésitez pas à en parler largement autour de vous dès maintenant ! La confirmation n’est pas un sacrement facultatif : il achève l’œuvre du baptême pour rendre le chrétien apte à relever les défis d’une vie où il se retrouve en bien des domaines minoritaire.

La formation à la confirmation aura lieu à partir de janvier, en respectant au maximum les contraintes (scolaires, universitaires ou professionnelles) de chacun. La première rencontre est fixée au mercredi 10 janvier, 20h. La feuille paroissiale vous rappellera ce rendez-vous pendant tout l’automne.

Quant au baptême des adultes : quelques catéchumènes devraient être baptisés à Pâques 2018. Ils sont déjà en cours de formation.

Mais un nouveau cycle va bientôt s’ouvrir pour ceux qui devraient l’être à Pâques 2019. Là encore, n’hésitez pas à en parler largement autour de vous et à proposer le sacrement du baptême à ceux qui cherchent Dieu, sacrement qui est la condition ordinaire pour accéder à la gloire du royaume de Dieu ! La formation commencera dès qu’il y aura des candidats ! Ils peuvent eux aussi prendre contact avec le secrétariat.

Abbé Eric Iborra, vicaire
Dimanche 22 octobre 2017

La fidélité des enfants de Dieu

Le 9 octobre, le diocèse de Paris fête son patron, Saint Denis. Il a été appelé au baptême pour être enfant de Dieu. Il a reconnu la paternité du Maître de la vie. En effet, Dieu est le maître et le roi mais il est surtout le Père qui envoie son Fils se marier avec la nature humaine. Recevoir le baptême, ce n’est pas seulement être béni par Dieu. C’est être plongé, être noyé et sortir de l’eau avec son Fils unique qui a vaincu la mort pour un mariage éternel, les noces de l’Agneau. Les baptisés sont frères et sœurs, configurés au Christ, frère aîné, premier né d’entre les morts. Ils sont temples de la Sainte Trinité.

Le prêtre est tour à tour un père plein de miséricorde, un fils qui célèbre le Saint Sacrifice en donnant sa vie dans l’Esprit Saint. Il est choisi par l’évêque qui a la plénitude du sacerdoce.

L’évêque est successeur des Apôtres dont le prince est Pierre. Il a eu peur de mourir comme nous tous. Puis il a demandé pardon et a rejoint son Maître dans la crucifixion pour vivre éternellement avec son Sauveur et son Frère. L’évêque de Paris doit donc être un martyr et mourir pour son troupeau. Il doit être un fils du vrai Dieu, plein de fidélité. Saint Denis a donné sa vie pour nous soyons enfants de Dieu par le baptême.

La Reine des martyrs dont le Cœur Immaculé a été transpercé par le glaive de douleur au pied de la Croix doit nous donner un saint Denis. « Doit » ? Oui, il faut être audacieux dans nos prières et faire une noble obligation à Notre-Dame d’écouter nos chapelets en ce mois d’octobre, spécialement en l’honneur du miracle du Soleil de Fatima. Qu’elle nous obtienne de son divin Fils un enfant de Dieu, un père, un frère dans la douceur et la force de l’Esprit Saint. Alors nous pourrons consoler ce Cœur immaculé, être fidèles à notre vocation au baptême et sauver les âmes pour la gloire du Dieu fait homme.

Chanoine Marc Guelfucci, curé
Dimanche 15 octobre 2017

Saint Denis et les vocations

La fête de S. Denis (9 octobre), premier évêque de Paris nous rappelle la structure hiérarchique de l’Église. Chaque Église particulière – diocèse – s’édifie sur la charge de l’évêque, successeur avec les autres évêques en communion avec le Pape, l’évêque de Rome, de ce Collège des Apôtres voulu par le Christ pour être le fondement permanent de son Église.

Ce fondement hiérarchique, à Paris, resplendit davantage du fait que notre premier évêque a connu le martyre, reproduisant ainsi dans sa chair le témoignage rendu par les Apôtres au Christ et le témoignage du Christ à son Père : celui du sang versé pour la conversion des pécheurs. Martyre dont la forme reste toujours tragiquement actuelle comme le rappellent sans cesse les nombreux prêtres assassinés chaque année pour leur foi et pour la défense de la morale sociale.

Ce fondement hiérarchique apparaît d’une manière encore plus marquante du fait qu’au martyre de l’évêque Denis est associé celui du prêtre Rustique et du diacre Eleuthère. Ce qui souligne la forme tripartite du ministère sacré : la hiérarchie, depuis que le 2e concile du Vatican l’a précisé, se compose de l’ordre des évêques, de celui des prêtres et de celui des diacres, tous appelés à collaborer dans l’unité à la tâche apostolique, avec les ministres de rang inférieur et les laïcs.

Les plus curieux d’entre vous auront remarqué qu’une figuration de S. Denis, décollé, orne le retable de l’autel de S. Eugène. La tradition a vu, en effet, en S. Denis un ami du saint patron de notre paroisse.

En cette fête du diocèse, prions d’abord pour notre archevêque et pour celui qui devra lui succéder sous peu. Prions aussi pour nos autres pasteurs. Prions enfin pour ceux qui les rejoignent en répondant à l’appel de Dieu à servir Dieu et l’Église dans le sacerdoce ou la vie religieuse (ils sont 4 cette année de notre paroisse). Ils s’engagent généreusement sur un chemin exigeant de plusieurs années qui les verra peut-être au terme accéder au sacerdoce. Tous auront besoin de notre prière. Soyons ardents à la leur offrir !

Je représenterai notre paroisse à la fin du mois auprès de Stanislas de La Rochefoucauld qui poursuit ses études à Wigratzbad (certains m’ont demandé de ses nouvelles) et auprès de Nicolas Télisson (clerc dans les années 2008-2010) qui sera ordonné prêtre le mois prochain au même endroit. Que S. Denis et ses compagnons les inspirent et qu’ils veillent sur leur vocation !

Abbé Eric Iborra
Dimanche 8 octobre 2017

À Jésus par Marie

Que demandons-nous à Dieu ? Tout d’abord, comme tout être humain,nous voulons vivre, manger, boire et éviter d’être malade. Notre âme immortelle refuse la faiblesse de notre corps, son vieillissement même. Nous avons été créés pour couronner la création matérielle et dépasser la vie animale en participant à la vie spirituelle de Dieu : à son image et à sa ressemblance. Nous aimons nos parents, notre famille, nos amis, notre prochain. Nous remontons à Notre Père et nous l’aimons par sa grâce. Les anges ont été créés aussi pour l’aimer. Saint Michel s’est opposé à Lucifer qui s’est préféré à la source de la Vie et de tout Amour. Parmi les anges fidèles, des gardiens nous ont été donnés pour nous assister dans le combat spirituel.

Le péché originel a fait entrer la mort en ce monde. Le premier couple a rejeté la source de la Vie. Notre Père est tout prêt à nous pardonner car il veut la paix de sa création et notre bonheur. Il nous a donné sa Parole, son Verbe qui s’est fait chair de la Vierge Marie. Le nouvel Adam a donné sa vie innocente d’Agneau de Dieu pour nous arracher à la mort éternelle. Quand saint Gabriel a salué la nouvelle Ève, l’Immaculée Conception, il lui a demandé de bien vouloir accepter d’être la mère du Messie , du Serviteur Souffrant, du Sauveur. De Bethléem à Nazareth jusqu’à Jérusalem, de la crèche au crucifiement, elle a coopéré à notre salut, associée à la Rédemption.

Comment ne pas passer par la prière du chapelet, répéter les « Je Vous salue Marie… » ? Comment ne pas passer par le Cœur Immaculé de Marie pour obtenir du Divin Cœur de Jésus les grâces de fidélité, d’humilité et d’espérance pour notre salut, celui de nos êtres chers mais aussi pour la conversion des ennemis de Dieu et arracher les âmes à la damnation ? La volonté de Notre Père est que le triomphe du Cœur Immaculé de Marie soit l’instrument de la gloire de son divin Fils qui a versé son précieux sang pour nous sauver et nous faire entrer dans la Vie de la Sainte Trinité.

Chanoine Marc Guelfucci, curé
Dimanche 1er octobre 2017

Prière pour notre diocèse
et son futur archevêque

Au surlendemain de notre journée de rentrée à Meaux, où nous avons pu nous familiariser avec cette grande figure épiscopale que fut Mgr Bossuet, nous nous retrouverons, prêtres de Paris, autour de notre archevêque, le cardinal Vingt-Trois. Vous savez qu’atteint par la limite d’âge, il compte se retirer. Nous pouvons d’ores et déjà prier pour celui qui lui succédera. Voici une prière (légèrement modifiée) que l’un d’entre vous nous a envoyé alors qu’approche la solennité de S. Denis, patron de notre diocèse.

Abbé Eric Iborra
Dimanche 24 septembre 2017

Père céleste, nous vous rendons grâce pour le diocèse de Paris, pour ses évêques et ses fidèles. Nous vous confions son futur archevêque.

Seigneur Jésus, présent dans tous les tabernacles de notre diocèse, nous confions le choix du futur archevêque à votre intercession.

Esprit Saint, qui avez inspiré le roi S. Louis dans ses décisions, inspirez ceux qui choisirons notre archevêque. Que son choix soit fait dans la lumière divine.

Sainte Trinité, nous vous demandons par l’intercession de la Bienheureuse Vierge Marie, la grâce d’un saint archevêque pour Paris.

S. Joseph, époux de la Vierge Marie, priez pour notre diocèse.

S. Michel archange, avec l’armée céleste, défendez-nous dans la lutte contre les esprits mauvais.

S. Denis, S. Marcel et S. Geneviève, patrons du diocèse de Paris, priez pour nous.

Saints et saintes de Paris, priez pour nous.

Faire la volonté de Dieu en priant pour la conversion et le pardon des pécheurs

En créant des êtres libres capables de connaître et d’aimer, Dieu connaissait le risque du péché. Notre Père n’a pas voulu l’orgueil et le caprice de l’intelligence et de la volonté humaines. Le péché vient d’une connaissance d’un mal que nous voulons consciemment en abusant de notre liberté.

Mais, contrairement à l’intelligence perçante et à la volonté irréversible des anges, l’homme a besoin d’apprendre. Il est souvent ignorant. Les enfants comme les adultes apprennent chaque jour et peuvent progresser dans le vrai, le bien et le beau. Seules la paresse et l’insouciance coupable entretiennent l’ignorance. Ainsi, alors même que Dieu est le premier à être offensé, il est indulgent et pardonne à ceux qui ne connaissent pas parfaitement ce qu’ils font et les conséquences de leurs actes. C’est pourquoi nous devons savoir pardonner aux ignorants tout en corrigeant leurs erreurs et leur laisser faire des progrès.

De même la volonté humaine est rarement limpide et cynique. La passion et la faiblesse humaines troublent le consentement. Dieu est indulgent et pardonne pour nous donner le temps de nous convertir. De même, nous devons pardonner aux faibles.

Juger sévèrement son prochain sans tenir compte de ses ignorances, de ses limites et de ses faiblesses, est contraire à la volonté de Dieu. Nous pouvons constater le mal, l’injure, la violence, le mépris, l’abandon. En ce sens, nous pouvons juger notre prochain, et même l’empêcher de continuer à faire le mal et le punir selon la justice. Mais il faut être bien certain de la vérité et de la justesse de notre constat. Le jugement parfait et ultime appartiendra toujours à Dieu.

Notre Seigneur Jésus-Christ, vrai homme et vrai Dieu, a donné le prix de sa vie innocente et son mérite infini pour le pardon des péchés. Il désire nous libérer de la mort de l’esprit, nous ressusciter et nous donner le bonheur éternel de vivre avec le Père et ses enfants. De même, nous devons vivre et prier pour que nos frères et sœurs fassent le bien, cessent de faire le mal et se sauvent. C’est même notre intérêt terrestre immédiat : que nos ennemis se convertissent. A l’image de la Vierge Marie et selon ses messages surtout à Fatima en 1917, nous devons prier pour que les pécheurs malicieux se convertissent et reçoivent le pardon de Dieu afin que le sang du Christ n’ait pas été versé en vain pour eux. Même si nous pouvons nous défendre contre la violence et parfois punir les péchés, la conversion authentique et sincère des pécheurs rend gloire à Dieu et à sa grâce. Nous devons y coopérer si nous aimons vraiment Jésus-Christ, mort et ressuscité.

Chanoine Marc Guelfucci, curé
Dimanche 17 septembre 2017

La rentrée, c’est aussi la reprise des activités de formation chrétienne.

En cette période de rentrée, les activités de la paroisse reprennent progressivement.

1 – Je vous propose cette année un cours sur les Pères de l’Église, ces grands témoins de la foi et de la sainteté, qui ont enraciné le christianisme dans les premiers temps, ceux de l’Antiquité. Le cours aura lieu, comme le cours d’histoire de l’Église auquel il succède, le jeudi, à 20h, au Centre Bergère. Le 1er cours est fixé au 21 septembre. Confrontés à un monde païen passablement désaxé, un peu semblable au nôtre par bien des aspects, les Pères, tant d’Orient que d’Occident, ont rendu témoignage, parfois jusqu’au martyre, à Celui qui est la Vérité et la Vie.

2 – C’est à cela aussi que sont appelés nos contemporains. Et en particulier ceux qui s’agrègent à nos communautés ou qui renforcent leurs liens avec elles. Je pense évidemment aux catéchumènes et aux confirmands.

Cette année encore, la confirmation sera donnée, dans la forme extraordinaire du rite, aux jeunes et aux adultes qui en feront la demande en communiquant leurs coordonnées au secrétariat (secretariat@saint-eugene.net). N’hésitez pas à en parler largement autour de vous dès maintenant même si la date, encore à retenir, sera probablement en mai ou juin. La formation commencera l’hiver venu.

Quelques catéchumènes devraient être baptisés à Pâques 2018. Ils sont déjà en cours de formation. Mais un nouveau cycle va bientôt s’ouvrir pour ceux qui le seront à Pâques 2019. Là encore, n’hésitez pas à en parler largement autour de vous et à proposer le sacrement du baptême à ceux qui cherchent Dieu, sacrement qui est la condition ordinaire pour accéder à la gloire du royaume de Dieu ! La formation commencera dès qu’il y aura des candidats !

Confions à la Vierge Marie, particulièrement honorée en ce mois de septembre, ces différentes activités.

Abbé Eric Iborra, vicaire
Dimanche 10 septembre 2017

La vraie vie en Dieu, la prière pour tous.

Voici la fin de l’été. Quelle que soit la manière dont nous avons passé ce temps de dépaysement par rapport au reste de l’année, partis en vacances ou paisibles plus ou moins à Paris, partageons cette reprise de la vie citadine en union de prière avec les habitants de notre ville.

En venant au Saint Sacrifice de la Messe à la paroisse Saint-Eugène, habitant dans le quartier ou venant de plus loin, nous sommes des citadins catholiques au milieu du monde moderne noyé d’images et de son.

Notre foi en Dieu Notre Père nous pousse à lui parler, à prier. Nous pouvons apprendre la prière « Âme du Christ » pour savoir plus sûrement parler à son Fils Jésus Notre Sauveur. Soyons religieux et prenons la résolution de prier le chapelet chaque jour pour cultiver la présence invisible de Dieu et de celle qu’il nous a donnée comme mère, la Vierge Marie. Saluons notre ange gardien chaque jour. Prions pour nos défunts et qu’ils intercèdent pour nous.

Profitons des adorations, des cours, catéchismes et alpha, des conférences, des pèlerinages comme celui de rentrée auprès du pieux évêque de Meaux, le grand Bossuet le samedi 23 septembre.

Que cette année soit une année de prières, de demandes faites à Dieu, Père très aimant, Agneau et Esprit Saint. Que nous demandions un saint archevêque pour succéder à notre Cardinal André Vingt-Trois en novembre prochain. Que nous demandions la foi vivante et l’espérance chrétienne pour ceux qui nous entourent, baptisés éloignés de la pratique réelle. Que nous demandions de nombreuses conversions et de nouveaux baptisés.

Que tous les peuples vivent en paix dans leur pays par la seule loi divine de la charité du Christ. Que les prêtres, les religieux et fidèles missionnaires catholiques trouvent les grâces de témoigner de la divinité du Christ crucifié et ressuscité dans la prière silencieuse de l’oraison.

Mais insistons bien sur le chapelet quotidien tant de fois demandé par la Reine de la Paix, la servante du Seigneur, Notre-Dame à Lourdes ou à Fatima.

Chanoine Marc Guelfucci, curé
Dimanche 3 septembre 2017

Temps estival de Prière et de Repos

Après ces belles fêtes de la fin de l’année pastorale – le Sacré Cœur, la nativité de S. Jean-Baptiste, Ss. Pierre & Paul, le Précieux Sang – la paroisse Saint-Eugène va prendre ses quartiers d’été. Les offices de la semaine et du dimanche seront assurés comme à l’accoutumée (voir tableau). Seul le chapelet ne sera pas assuré pendant les vacances

A tous nous souhaitons des vacances reposantes et reconstructrices, sous le regard du Seigneur, dont nous fêterons la Transfiguration, et sous celui de sa sainte Mère, que nous aurons à cœur de fêter dignement le jour de son Assomption où que nous soyons. En ce centenaire de la Première Guerre mondiale, nous nous retrouverons ensemble à Meaux le samedi 23 septembre autour de la figure de Bossuet. Le P. Renaud Silly OP, nous parlera du grand prédicateur dont il a fait rééditer les œuvres.

Les activités reprendront leur cours normal à partir du dimanche 3 septembre. Nous ne manquerons pas d’accompagner de notre prière ceux de nos jeunes paroissiens qui rejoindrons à la rentrée un institut de formation sacerdotal ou religieux.

Les prêtres de S. Eugène

Je vous donnerai des pasteurs selon mon cœur

En ce mois du Sacré Cœur, et à l’approche de la Fête solennelle des Saints Pierre et Paul, la tradition a choisi ce temps pour célébrer les ordinations sacerdotales. A la cathédrale de Paris, 10 nouveaux prêtres ont été ordonnés par le Cardinal Vingt-Trois, couronnant ainsi des années de service pour l’archidiocèse de Paris. En effet, nous attendons un nouvel archevêque au moment où il s’apprête à partir pour son repos d’ici quelques mois selon la nomination pontificale. Alors même que le Cardinal a vaincu une maladie, il espère encore servir l’Eglise dans la prière au moment de ses soixante-quinze ans, âge habituel de la renonciation à la charge territoriale d’un évêque. Le mot retraite serait très faux car l’état épiscopal ou sacerdotal est définitivement donné ; un père ne prend pas de retraite paternel.

En effet, la succession apostolique, c’est très concrètement le geste de l’imposition des mains sur la tête de celui qui reçoit la grâce d’offrir le sacrifice et d’enseigner l’évangile du salut en Notre-Seigneur Jésus-Christ. Ce geste signifie l’emprise de l’Esprit Saint qui marque l’âme pour toujours afin de transmettre la grâce au nom du Christ Sauveur. Tous les évêques peuvent remonter sans interruption aux Apôtres. Ainsi, l’évêque impose les mains à un prêtre pour qu’il reçoive cette grâce de la mission d’apôtre, plénitude du sacerdoce.

Le diacre reçoit aussi l’imposition des mains pour recevoir la marque sacerdotale et devenir prêtre. Son âme est configurée au Sauveur pour évangéliser sous la direction de l’évêque, pour prononcer en vérité les paroles de la consécration en la personne du Christ, rendre présent et offrir son Saint Sacrifice de la Croix, donner son Corps aux fidèles, baptiser, pardonner les péchés, soulager les malades par l’huile sainte, bénir les mariages.

Il nous faut prier pour les vocations, les prêtres et les évêques car la douce présence du Fils de Dieu venu sur terre, né de la Vierge Marie, est ainsi prolongée. Il nous faut prier pour leur sainteté. Qu’ils aient les vertus de foi et d’espérance, de prudence, de justice, de force et de tempérance dans l’Esprit Saint. Et surtout qu’ils aient la charité, un amour authentique dans la vérité et la bienveillance miséricordieuse. Tout est possible à Dieu ! Mais les prières de Notre-Dame, des saints et des fidèles coopèrent à cette puissance.

 

Chanoine Marc Guelfucci, curé
Dimanche 25 juin 2017

Archives Editoriaux